Monday, January 25, 2016

2016.01.25

Benoît Laudenbach, Strabon: Géographie. Tome XIV, Livre XVII. 1ère partie, L'Égypte et l'Éthiopie Nilotique. Collection des Universités de France. Série grecque, 514. Paris: Les Belles Lettres, 2015. Pp. cv, 325. ISBN 9782251005980. €55.00.

Reviewed by Jean-Fabrice Nardelli, Marseille (jnardellis36@numericable.fr)

Version at BMCR home site

Preview

Après une longue interruption, ce nouveau Strabon, par B. Laudenbach, propose une édition commentée des sections égyptienne et éthiopienne septentrionale, révision de sa thèse de doctorat soutenue en 2011. La tâche était certes plus aisée que du temps de F. Lasserre, W. Aly, F. Sbordone et R. Baladié, vu l'existence de deux traductions richement annotées (P. Charvet et J. Yoyotte, Strabon, le voyage en Égypte. Un regard romain, Paris, 1997 ; N. Biffi, L'Africa di Strabone…, Modugno, 1999) et de l'intégrale avec commentaire surtout philologique et critique de S. L. Radt.

Quelles fenêtres de progrès reste-t-il après ces travaux ? Sur le plan textuel, de nouvelles collations des manuscrits sont peu susceptibles de nous apprendre grand-chose de neuf ou d'important ; la tâche devrait donc se déplacer sur le terrain de l'emendatio. En ce qui concerne l'intelligence du grec imprévisible et heurté de Strabon, Charvet / Yoyotte procurent les explications les plus immédiates tandis que Biffi s'en tient à l'assemblage des parallèles antiques et à l'identification des sources, des personnages et des toponymes ; un nouveau commentaire peut affiner l'analyse et livrer une doxa bibliographique plus abondante. Entre sa longue notice et son abondante annotation à la fois textuelle et exégétique, Laudenbach répond adéquatement à ce besoin. Sa conception de la critique textuelle n'élude pas les difficultés ni ne lie explicitement, comme trop souvent dans la C.U.F., investigation approfondie de la tradition manuscrite et conservatisme de principe ; il reste qu'en opposant sa prudence à ce qu'il présente comme l'interventionnisme de Radt (p. CII), Laudenbach s'enferme dans un schématisme qui ne pouvait qu'orienter son jugement et brider son ingenium. De fait, il imprime en maints endroits un texte moins rationnel que celui du savant de Groningue.

La notice (pp. ix-lxxxviiiI) détaille bien les caractéristiques du livre XVII, avec les imperfections usuelles des introductions dans la C.U.F. (alternance de généralités et de catalogues de données brutes ; insuffisance de l'appareil scientifique et de la bibliographie) ; s'y ajoute une tendance au cliché (e.g., pp. lxxiii-lxxvi). Le chapitre sur la tradition manuscrite (pp. lxxviii-civ) a le mérite de faire le point sur la famille δ, dédaignée par Radt. Mais, contrairement à Baladié (livre VIII, Paris, 1978, pp. 46-49 ; livre IX, ibid., 1996, p. 43), l'éditeur montre trop de confiance dans sa capacité à faire parler le palimpseste (pp. CI-CII). Soit son relevé diffère de la collation de Aly, De Strabonis codice rescripto…, Rome, 1956, ou de celle, inédite, de Lasserre (cf. p. lxxxix note 185), et il devait expliquer ce qu'il a déchiffré en plus ou en moins ; soit il lui fallait reporter fidèlement les données de Aly. Chez ce dernier, p. 127, la partie préservée de 1. 15-16 va de ἐστὶν ἐπ᾽ ἄκρωι (p. 28 Budé, ligne 6) à ἐπὶ Σχεδίαν ἄγουσαν ὁ ἑξῆς, soit p. 30 Budé, ligne 2, et non 3 comme le prétend l'apparat de Laudenbach ; plus grave, ce sont ensuite les lignes 7-9 et 12-16 de la même page Budé dont le palimpseste a conservé quelques vestiges (Aly, p. 128), or l'apparat annonce '6-10, 12-20'. Ces écarts, assez nombreux, font douter de l'acribie de l'éditeur. Laisse également dubitatif l'affirmation selon laquelle, toutes autres choses étant égales, les arguments paléographiques font préférer « la meilleure » des leçons transmises pour les toponymes problématiques, « même si elle allait à l'encontre des usages du grec d'Égypte que l'on peut restituer au Ier s. av. J.-C. » (p. CII note 208).

De fait, le texte édité par Laudenbach a pour caractéristiques principales le refus de la standardisation et la timidité de ses interventions personnelles. Le trait le plus voyant est la défense de Τρωγλοδυτῶν en 1. 1, C785, contre la restitution Τρωγοδυτῶν, dûment reconnue comme l'épel le 'plus authentique' (p. 88 note 2, à la différence de Biffi, p. 387, cf. L. Török, Herodotus in Nubia, Leyde-Boston, 2014, p. 113 note 398), mais dont Laudenbach estime que Strabon l'a écartée parce qu'il préfère (sa réinterprétation par) l'étymologie populaire depuis τρώγειν — R. Beekes, Etymological Dictionary of Greek, Leyde-Boston, 2010, II, pp. 1514-1515 — en vertu de I, 1. 34. Le moins qu'on puisse dire est que la force analogique de ce dernier passage est non contraignante. Dramatisant la situation, Laudenbach ne craint pas de clamer, p. XLIX, que

à moins de supposer une lourde intervention des copistes ou une sorte de 'mise à jour' non systématique du texte de la Géographie (…), il faut accepter que Strabon soit le premier à avoir donné, pour Arsinoé - Crocodilopolis, la forme Ἀρσινόη au lieu de l'expression plus usuelle Ἀρσινοιτῶν πόλις (…), Ἀφροδίτη(ς) au lieu du plus attendu Ἀφροδίτης πόλις (§41), Φακούσση (Φάκουσα chez Étienne de Byzance) au lieu de Φακοῦσσαι (§26), Φαγρωριόπολις au lieu de Φαγρωρίων πόλις (§26), Λύκου πόλις au lieu de Λύκων πόλις, Λεοντόπολις au lieu de Λεόντων πόλις, Κυνὸς πόλις au lieu de Κυνῶν πόλις, Λατῶ πόλις ou Λατόπολις au lieu de Λάτων πόλις (§47).

Ses seuls arguments tiennent dans l'absence d'explication scribale pour les épels transmis lorsqu'ils sont aberrants et la possibilité que certaines graphies constituent ce que les Anglo-Saxons appellent des 'back-formations' depuis le latin : Λεοντόπολις, Λατόπολις, Φαγρωριόπολις (pp. xlix-l). Laudenbach attache un poids indu à l'argument subsidiaire suivant lequel « Strabon a pu se faire l'écho d'une toponymie locale, orale, qui côtoyait la toponymie officielle des documents administratifs » (p. L), alléguant dans sa note 92 « l'utilisation des singuliers Λύκου πόλις et Κυνὸς πόλις alors que les formes attendues sont au pluriel. Une telle alternance est attestée pour Panopolis (Πανὸς πόλις / Πανῶν πόλις) ». Puisqu'il faut spéculer, on prend moins de risques en normalisant ce type d'épels ; Strabon n'étant pas un auteur dialectal comme Hérodote, où maintes graphies transmises présentent de l'intérêt linguistique, croire que tous ces particularismes ont pu arriver jusqu'à nos rives sans perturbations a tout de l'optimisme chimérique issu d'une foi déplacée dans la fidélité des copistes. Pour en finir avec la topographie, Laudenbach, p. 128 note 7, défend Σῶμα au titre de la lectio difficilior contre la correction banalisante Σῆμα en 1. 8, C794, après Biffi (p. 267). Or rien n'est moins certain : 'Tombeau' sans précision, loin de représenter un affadissement, constitue le mot juste s'agissant du Mausolée par excellence — celui du fondateur d'Alexandrie. Il ne suffit donc pas que σῶμα soit classique qua l'entité pérenne après la mort (momie : G. Nagy, 'Homère comme modèle classique pour la bibliothèque antique : les métaphores du corpus et du cosmos', dans L. Giard et C. Jacob (edd.), Des Alexandries. Du texte au livre, Paris, 2001, pp. 155-161).

Un certain nombre de retours à la lectio tradita chez Laudenbach me paraissent également peu judicieux malgré leur coïncidence dans tous les cas sauf un avec la position défendue ou assumée par Biffi. En 1. 8, C794, σὺν αὐτῶι δὲ καὶ sans lacune ni supplément aboutit à une expression par trop obscure, pace la note 11 p. 129 ; en 1. 10, C795, le gymnase multivalent dont parle τὰς στοὰς ἐν μέσωι, τὸ δὲ δικαστήριον κτλ. manque de preuve décisive, malgré la note 7 p. 137 ; en 1. 12, C797, l'élogieux πολιτικόν prédiqué des Alexandrins leur attribue l'inverse du comportement attendu, ce dont ne souffle mot la note 8 p. 144, voir là-contre Biffi, p. 284 ; en 1. 18, C802, on n'admettra pas aisément que ἡ ἑτέρα sous-entendant δύο suffise à exprimer la dualité (la note 11 p. 166 concède que « l'ajout est cependant nécessaire dans la traduction ») ; en 1. 19, C802, il est arbitraire et acritique de croire en l'authenticité du second ἐν τῶι Βουσιρίτηι νόμωι au titre d'une précision pour distinguer entre les neuf Bousiris (p. 171 note 10) lors même que Strabon a précisé trois lignes plus haut de laquelle de ces cités il parle ; en 1. 33, C808, μείζονος δαπάνης compris comme génitif de prix, 'à bien plus grands frais' (après Biffi : « una spesa ben più onerosa », cf. la traduction de D. W. Roller, Cambridge, 2014 : « at much greater expense »), ne serait guère correct ; en 1. 36, C810, il convient moins de sous-entendre χρῶνοις après ἐν τοῖς πρώτοις que de comprendre avec Roller 'among its first things', à supposer qu'on rejette ἐν τοῖς πρῶτον de Radt (critiqué selon des a priori pp. 212-213 note 3) ; en 1. 46, C816, passage intensément débattu car il se peut qu'il y soit question de prostitution rituelle infantile (Charvet / Yoyotte, pp. 176-177, le pensent, mais voir là-contre F. Colin, 'Les prêtresses indigènes dans l'Égypte hellénistique et romaine : une question à la croisée des sources grecques et égyptiennes', dans H. Melaerts et L. Mooren (edd.), Le rôle et le statut de la femme en Égypte hellénistique, romaine et byzantine, Louvain, 2002, pp. 82-84, et Laudenbach, pp. 251-252 note 15), la vox insolita παλλάδας lui plaît en raison de sa descendance de l'archétype, sans qu'il se mette en grands frais pour justifier sa congruence (p. 251 note 14 : « un qualificatif local qui a presque caractère de nom propre ») ; enfin, en 2. 1, C821, γυμνῆτες est préféré à γυμνῆται de Radt commelectio difficilior de caractère ethnographique, sur des bases chancelantes (pp. 275-276 note 3). Les conjectures de l'éditeur sont rares et peu ambitieuses ; si Πτολεμαΐς ἡ πόλις en 1. 42, C813, améliore le texte (cf. p. 226 note 1), les autres dépendent trop de considérations paléographiques (e.g., 2. 2, C821, ποιοῦσιν· αὐτοῖς δ᾽ ἔστιν ἔλαιον ; 2. 3, C822, καὶ ξύλοις). Rien d'étonnant par suite que les corruptèles de 1. 10, C795, αἱ παρακείμεναι ἄλλαι μέχρι τῆς διώρυγος τῆς Κανωβικῆς (soupesée timidement p. 138 note 10) et surtout de 2. 2, C822, αἱ οἰκήσεις ἐκ φοινικίων σχιζῶν διαπλεκόμενων τοίχων ἢ πλίνθων aient résisté à ses efforts ; voir la note 8 pp. 279-280, où le fantasme havétien enraciné de l'omniexplicabilité des fautes et le souci bien français de l'économie vicient la discussion (A. E. Housman, M. Manilii Astronomicon, V, Londres, 1930, pp. xxxiv-xxxv). On contestera enfin le choix fait parmi les leçons manuscrites en 2. 1, C821 (τραχεῖς plutôt que ταχεῖς y est défendu par des sophismes p. 276 note 4).

L'édition offre une traduction très précise qui a le grand mérite de ne s'assujettir à aucune routine. Laudenbach a ainsi vu que tous les traducteurs modernes se méprennent sur le ἀρτίστομον de 1. 6, C791 ('approprié, qui convient', et non pas 'étroit' : p. 115 note 2), et que τῶν ἀλόγων ζώιων dans une antithèse avec ἀνθρωπόμορφον désigne les animaux (1. 28, C805, cf. la note 5 p. 191). Cela ne signifie pas, comme de juste, qu'il ait toujours raison ; un faible coefficient de vraisemblance s'attache ainsi à sa glose du surnom de Ptolémée IX Λάθουρος en 1. 11, C795 (« un calembour malveillant ou grivois, selon l'habitude alexandrine », p. 138 note 2, nécessite que la populace ait été au courant de soucis fort intimes chez son roi). De même, il arrive à l'éditeur de ne pas prendre clairement parti en cas d'obscurité ; voir 1. 38 ad finem, C812, et la note 3 p. 216. Mais sa version l'emporte en général sur celle de Charvet. Le commentaire, enfin, mérite les plus grands éloges pour son approfondissement quantitatif et qualitatif (pp. 87-292, contre 140 pages en typographie large chez Biffi). Ses principales vertus sont la maîtrise des données épigraphiques ou papyrologiques et le bon sens, si rare en ces temps politically correct (cf. pp. 191-193 note 2 : Platon en Égypte) ; le revers de la médaille est une certaine prolixité (longueurs : pp. 214-216 note 2 ; vacuité : 6 p. 223), confinant parfois au remplissage typique des dissertations (pp. 245-246 notes 2-3). On ne saurait parler d'encyclopédisme pour sa connaissance égyptologique (la dépendance envers Charvet / Yoyotte ou le Lexikon der Ägyptologie est en effet manifeste). Mais ne boudons pas notre plaisir. Laudenbach procure les mises au point que Radt a, de propos délibéré, exclues de son commentaire ; il le fait avec énergie, entrain, compétence, en marge d'un texte grec revu dans les moindres détails et relance donc en fanfare le Strabon Budé. Espérons que les livres XIII-XVI, encore manquants dans cette série, suivront son modèle.

No comments:

Post a Comment