Thursday, August 2, 2012

2012.08.06

René Treuil (ed.), L'archéologie cognitive: techniques, modes de communication, mentalités. Cogniprisme. Paris: Éditions de la Maison des sciences de l'homme, 2011. Pp. 285. ISBN 9782735113934. €21.00 (pb).

Reviewed by Philippe Boissinot, EHESS, laboratoire TRACES (UMR 5608 du CNRS), Toulouse (philippe.boissinot@free.fr)

Version at BMCR home site

[The Table of Contents is listed below.]

Cet ouvrage fait partie d'une collection initiée en 2004 par la linguiste C. Fuchs (CNRS, Paris) qui entend décliner les questions de cognition dans différentes disciplines (éthologie, linguistique, philosophie, économie, informatique, sociologie, archéologie), en proposant à un large public un état de l'art épistémologique des enjeux théoriques et des interactions entre différents domaines de la connaissance liés à cette approche. Les contributions réunies par R. Treuil, professeur émérite de Protohistoire égéenne à Paris-I Panthéon-Sorbonne, émanent toutes de chercheurs français et parisiens, la plupart archéologues à l'exception d'un linguiste (B. Victorri) et d'un historien des techniques (F. Sigaut). On s'étonnera qu'aucun philosophe n'ait participé à cette entreprise épistémologique, tant les questions d'intention, de choix, de relations corps-esprit sont mobilisées dans les articles. Il est vrai que la philosophie continentale, particulièrement en France, ne s'occupe plus guère de ces questions considérées comme techniques depuis G. Simondon ou F. Dagognet. D'autre part, à l'inverse des sociologues ou des ethnologues, les archéologues n'ont quasiment jamais de formation dans ce domaine réflexif.

Comme le rappelle l'introduction où un utile bilan historiographique des débats est présenté, l'archéologie cognitive est un courant d'origine anglo-américaine qui a opposé un moment les positions positivistes (processualistes) et relativistes (post-processualistes). Elle a eu assez peu d'influence en France, où elle est loin de constituer une sous- discipline ou un mot d'ordre, se ramenant la plupart du temps à un corpus de questions visant l'esprit à travers la matière. Les travaux d'A. Leroi-Gourhan, pour la plupart datés de plus d'un demi siècle, y font toujours autorité, comme on peut le constater dans plusieurs contributions de l'ouvrage. L'influence du J.-C. Gardin, lequel s'était surtout intéressé à la construction logique des interprétations archéologiques, est nettement moindre, maintenant quasiment attestée par les seuls travaux du néolithicien génevois A. Gallay. Mais il serait injuste de ramener cet ouvrage à de simples débats francophones, la bibliographie mentionnant comme il se doit l'ensemble des références internationales.

La lecture de la quatrième de couverture donne une impression ambiguë, puisque le caractère « moins prometteur » de ces approches y est signalé, sans doute en relation avec des attentes qui furent naguère excessives. Ce constat fait écho aux remarques de R. Treuil dans sa partie consacrée aux écueils de la démarche archéologique qui, bien que les critiques en soient parfaitement justifiées, aurait mérité des analyses plus poussées pour être autre chose qu'un simple tableau des surinterprétations les plus fréquentes. Peut-être faut-il voir là les implications d'une définition de l'archéologie trop englobante, relative aux choses anciennes et principalement illustrée par la Préhistoire, comme le suggère d'ailleurs le plan de l'ouvrage, où celle-ci est présentée en premier et de manière autonome. Il s'agit d'une vision de l'archéologie encore trop adossée aux exigences de la méthode hypothético- déductive afin de constituer une représentation « plus exacte et efficace de la réalité [des] sociétés du passé, l'efficacité se mesurant ici à la capacité de prévoir ce qu'on va retrouver » (p. 262), et qui se heurte au savoir des primatologues en amont, et des historiens en aval, avec leurs démarches propres. Ainsi, lorsque H. Procopiou se propose d'aborder les questions de la perception et des sensations des hommes du passé, fait-elle appel surtout à des textes, grecs ou latins en l'occurrence, mieux à même d'illustrer les catégorisations d'alors que les objets et matériaux issus de la seule archéologie, choisis pour des raisons qui nous échappent. Quand F. Sigaut insiste sur l'importance de l'apprentissage et l'attention qu'il faut accorder aux gestes techniques, il fait la synthèse de nombreuses observations pratiquées sur les vivants, que ceux-ci soient des primates ou des hommes du passé, parfois représentés sur des images. Voilà d'intéressants travaux d'anthropologie historique, utiles aux archéologues qui veulent donner un cadre conceptuel à leurs découvertes, mais s'agit-il d'archéologie cognitive ? En d'autres termes, pourrons-nous obtenir des réponses en pratiquant plus encore l'archéologie ? De toute évidence, la même question doit être posée à propos des langues, de leurs origines ou de leur diffusion, lesquelles peuvent être difficilement validées par des vestiges archéologiques sans inscriptions, comme le montre d'ailleurs l'exemple particulier de l'Indo-Européen (J.-P. Demoule) : un chapitre passionnant de la préhistoire de l'humanité à propos duquel l'archéologie demeure impuissante ; et lorsque l'archéologie livre les premières tablettes recouvertes de signes, certes exhumées à l'occasion de fouilles, nous faisons (de droit) de « l'histoire cognitive ». Toutes ces ambiguïtés seraient levées avec d'autres entrées plutôt qu'avec celle, unique, de l'archéologie, en accordant à cette dernière une place parmi d'autres dans une quête anthropologique, avec ses catégories et ses régimes probatoires propres. S'ouvre alors un champ immense et perpétuellement à reconstruire, celui que les auteurs appellent de leurs voeux.

Une des spécificités de la recherche française est la place accordée aux études technologiques et au concept de chaîne opératoire. S. A de Beaune insiste avec justesse sur la différence entre invention et innovation, la première consistant à concevoir quelque chose d'original qui se trouve accepté et généralisé dans la seconde (p. 75). L'originalité en question est toute relative puisqu'il s'agit en général d'un réarrangement d'éléments déjà connus, d'un transfert d'un domaine à un autre, d'une pensée par analogie (p.78-79). Les experts sont, selon V. Roux, ceux- là mêmes qui sont capables d'aller au delà de certaines limites, culturelles et/ou techniques, en découvrant de nouveaux principes et des habiletés nouvelles (p. 183) ; et c'est d'ailleurs le contrôle du geste élémentaire pour maîtriser la tâche technique, qui constitue un des points-clés de l'apprentissage. Toutes ces remarques ne viennent pas de l'archéologie mais de l'attention accordée à la fabrication des choses. On assiste rarement au début du processus créatif dans les sociétés vivantes et on a du mal à évaluer la durée des apprentissages et des routines dans les sociétés passées, où notre appréhension du temps est d'autant plus vague que l'on remonte dans le paléolithique. Avec l'étude technologique des outillages retrouvés sur les sites archéologiques, les silex plus particulièrement, il est possible selon N. Pigeot de reconstituer l'acte technique dans tout ou partie de son déroulement et, à partir de là, viser l'individu, ses erreurs et son comportement vis-à-vis de la norme du moment. Les chaînes opératoires, « ces élaborations neutres et factuelles, simple mise en succession des actes, des gestes et des intentions intermédiaires tendues vers un but ultime, c'est-à-dire le ou les produits(s) de l'activité » (p. 157) constitueraient un des moyens privilégiés pour accéder aux représentations et décisions des hommes du passé, même si « le produit objectivement final n'est pas forcément le produit finalisé par le projet technique » (p. 165). Quelle que soit la validité de ce constat et la possibilité effective de faire coïncider analyse systémique et analyse cognitive, autant d'assertions que l'on devrait discuter plus longuement, il est clair que nous sommes là dans le vif du projet de ce livre.

Sommaire

R. Treuil : L'archéologie et les sciences de la cognition, pp. 11-36
S. A. de Beaune : Les premiers hominidés, pp. 37-56
S. A. de Beaune : Les Néandertaliens, pp. 57-74
S. A. de Beaune : Le processus de l'invention : approche cognitive, pp. 75-90
B. Victorri : L'émergence du langage, pp. 93-103
R. Treuil : L'origine des langues, pp. 105-113
J.-P. Demoule : L'indo-européen et les « Indo-Européens », pp. 115-127
J.-J. Glassner : L'invention de l'écriture, pp. 129-145
N. Pigeot : Chaînes opératoires : contexte théorique et potentiel cognitif, pp. 149-171
V. Roux : Habiletés et inventions : le comportement « intelligent », un facteur aléatoire dans l'évolution des techniques, pp. 173-188
F. Sigaut : Gestes et apprentissages, pp. 189-210
R. Treuil : Les écueils de la démarche archéologique, pp. 213-231
H. Procopiou : Choix et décision, sens et émotions : les débuts des études de perception, pp. 233-255
R. Treuil : Perspectives, pp. 259-266

No comments:

Post a Comment