Thursday, August 12, 2010

2010.08.33

Version at BMCR home site
William H. Race, Apollonius Rhodius: Argonautika, Book 3. Bryn Mawr Greek Commentaries. Bryn Mawr, PA: Bryn Mawr Commentaries, 2009. Pp. vi, 111. ISBN 9781931019071. $12.50 (pb).
Reviewed by Christophe Cusset, ENS Lyon

Conformément aux objectifs de la collection, il s'agit dans ce volume de William H. Race, spécialiste de la poésie hellénistique et notamment d'Apollonios de Rhodes (qu'il a notamment traduit : Apollonius Rhodius: Argonautica dans la collection Loeb Classical Library, Cambridge, MA: Harvard University Press, 2008) de présenter un texte de manière claire et concise avec une annotation permettant à l'étudiant débutant de trouver les outils nécessaires à la lecture du texte. Nous avons ici une seconde édition d'un commentaire qui a déjà fait ses preuves.

Une introduction brève (1 p.) présente les grandes caractéristiques du poème d'Apollonios de Rhodes, qui est la troisième grande épopée conservée et a eu une influence importante sur la poésie latine. L'accent est mis sur le livre 3 qui appartient à la tradition littéraire la plus riche. On trouve ensuite une brève composition du poème chant par chant ainsi qu'une brève note sur la métrique. La bibliographie, qui ne donne que les éditions et commentaires principaux, omet le commentaire donné par F. Vian au chant III en 1961 aux PUF. Après un arbre généalogique d'Aiolos et d'Hélios qui permet de replacer les principaux personnages de l'épopée, les p. 1-51 fournissent un texte brut du chant 3.

Les cent cinquante premiers vers sont en général bien commentés et, d'une manière générale, de nombreux problèmes sont éclaircis par ces notes toujours claires et précises. Mais on pourrait parfois attendre quelques informations supplémentaires. Ainsi au vers 152, il faut comprendre τοι comme un datif du pronom personnel de 2ième personne ; au vers 210 φίλα est un neutre complément de μητιόωσα; aux vers 241 et 361, l'accentuation de πάις indique la diérèse ; au vers 269 on note l'emploi de ἐκ en tmèse ; au vers 270 le génitif dépend du verbe de perception ἀίουσα; il faudrait ajouter au vers 352 que δωτίνης dépend de ἄξια; aux vers 409-410, on doit souligner que le duel est employé pour le sujet, mais pas pour le verbe ; au vers 471 νοῦν est un accusatif de relation ; au vers 591 τεκταινέμεν est un infinitif ; αὐτή (624) signifie "elle-même" ou plutôt "elle seule" ; au vers 664 l'article est employé en fonction de pronom démonstratif ; le participe au vers 693 a une valeur d'effort ; au vers 1089 καί est adverbial au sens de "aussi" ; μνήσω (1116) pourrait bien être plutôt un indicatif futur (cf. v. 737) ; au vers 1134, on attend la négation explétive μὴ οὐ devant l'infinitif ; au vers 1146 ἐπὶ τόσσον a une sens restrictif "jusqu'à ce moment seulement" ; au vers 1174, αὐτόν annonce avec emphase le substantif ; εὖ (1208) : "conformément au rite" ; on note l'omission de κε au vers 1267 (comme au vers 61); ἐπιπρό (1338) : "en allant toujours de l'avant" ; οὖτα (1381) est un aoriste à valeur d'imparfait.

No comments:

Post a Comment