Sunday, November 9, 2014

2014.11.11

Jörg Rüpke (ed.), The Individual in the Religions of the Ancient Mediterranean. Oxford; New York: Oxford University Press, 2013. Pp. ix, 549. ISBN 9780199674503. $185.00.

Reviewed by Françoise Van Haeperen, Université catholique de Louvain (francoise.vanhaeperen@uclouvain.be)

Version at BMCR home site

Preview

Cet ouvrage est consacré au problème important de l'individuation religieuse durant les époques hellénistique et romaine, Antiquité tardive comprise.

Dans une introduction fort stimulante, dont plusieurs éléments valent la peine d'être abordés ici, J. Rüpke propose une série de réflexions et d'outils autour des concepts d'individualisation et d'individuation, qui peuvent être mobilisés dans la recherche en histoire, et plus précisément en histoire des religions antiques. Ces concepts offrent, selon lui, une nouvelle perspective permettant de dépasser les limites des études reposant sur le modèle de la « polis-religion » ou se focalisant sur des cultes spécifiques ou sur les compétitions entre divers cultes ou religions. Notons que le propos n'est en rien polémique : il s'agit de déplacer le curseur vers l'individu, en explorant le rôle que revêt l'individualité dans l'histoire des religions considérées. Les deux approches — « civic religion » d'une part, « individuation-individualization » — ne me semblent pas antinomiques et apparaissent bien plutôt complémentaires.

Les termes « individual », « individuation », « individuality », « individualization » sont abondamment présents dans l'introduction, sans être systématiquement définis. Il ressort toutefois fort clairement que « l'individualité est le résultat d'un long processus appelé 'individualisation' », généralement considéré comme caractéristique de l'époque moderne. L'individualisation inclut la notion de « dé-traditionalisation » impliquant que l'action individuelle est de moins en moins déterminée par les normes traditionnelles transmises par la famille ou le contexte social plus large. Durant l'antiquité, observe J. Rüpke, l'individuation était portée par des valeurs telles que l'honneur ou la compétition, par exemple. Les notions d'individuation et d'individualisation peuvent donc servir d'outils heuristiques et descriptifs, afin d'explorer le facteur « individuel » dans l'histoire des religions des périodes considérées, dans les dynamiques des changements religieux, mais aussi pour interroger les limites de la capacité d'action (« agency ») individuelle ainsi que les formes et mécanismes de l'individuation religieuse. Rüpke dégage et définit ainsi brièvement cinq formes d'individualité, qui varient en fonction du genre et de la position sociale de l'individu, qui peuvent se superposer partiellement et qui, ensemble, sont parties prenantes du processus d'individualisation (« practical individuality », « moral individuality », « competitive individuality », « representative individuality », « reflexive individuality »). J. Rüpke propose ensuite, sous forme d'un schéma commenté, un modèle pour l'analyse de l'individuation religieuse dans les sociétés méditerranéennes antiques. Celui-ci est centré sur l'individu, tel qu'il est informé par le genre et les facteurs sociaux et culturels. Un individu pourra développer des activités liées à la religion autour de huit segments, interconnectés, qui se rapportent d'une part aux interactions qu'il entretient avec la société, d'autre part, à ses représentations et réflexions qui lui ouvrent un « potentiel espace universel de communication ». Ces huit segments correspondent à la possibilité pour un individu de faire des choix (entre diverses options religieuses, y compris traditionnelles) ; de créer des choix (par exemple, en introduisant un nouveau dieu dans un temple local) ; de créer des normes (par exemple, en établissant un nouveau sanctuaire) ; de privatiser des cultes (en s'appropriant des traditions ou par le biais d'une dé-traditionalisation innovante), de communiquer avec le divin (en faisant des offrandes votives ou par la divination ou la magie, par exemple) ; de vivre une expérience religieuse particulière (par exemple en faisant un pèlerinage) ; de développer le souci de soi ; d'user de rationalité. Ce modèle n'a certes pas la prétention de tout expliquer mais fournit un cadre conceptuel utile, permettant d'affiner notre appréhension du phénomène « individuation/individualisation religieuse » et d'éviter des discussions vaines autour du degré, plus ou moins intense, d'individuation.

Cette riche introduction est suivie de dix-sept articles répartis en sept sections. Le cadre géographique correspond au bassin méditerranéen, tant oriental qu'occidental. Diverses traditions ou pratiques religieuses font l'objet des études envisagées (religions traditionnelles des mondes hellénistiques et romains ; cultes à mystères ; rites magiques ; christianisme ; judaïsme ; gnosticisme). Il serait trop long d'envisager ici chaque contribution ; le lecteur en trouvera la liste ci-dessous. Notons simplement que les auteurs examinent l'individuation religieuse sous des angles divers et aboutissent à des conclusions contrastées. Ces différences dans les résultats obtenus ne doivent pas, me semble-t-il, être interprétées comme une défaillance du modèle proposé en introduction. Elles témoignent plutôt de la diversité des contextes envisagés mais aussi des sources prises en considération. Là où des textes littéraires peuvent révéler des processus d'individualisation religieuse autour d'un « moi autonome », les sources épigraphiques font davantage apparaître des « sociocentric persons », des individualités en interaction avec le contexte plus large dans lequel elles s'inscrivent. Comme l'observe N. Belayche dans sa contribution : « Individual commitments in religious praxis and personal experiences of relationships with divine beings were neither apart from the network of institutionalized, religious spaces and times, nor independent from normative ritual formulas though being personal ».

Soulignons la présence utile d'un index des sources et d'un index général.

No comments:

Post a Comment