Tuesday, December 10, 2013

2013.12.18

Fabrizio Vistoli (ed.), Tomba di Nerone: toponimo, comprensorio e zona urbanistica di Roma capitale. Scritti tematici in memoria di Gaetano Messineo. Fors Clavigera, 2. Roma: Edizioni Nuova Cultura, 2012. Pp. 364. ISBN 9788861345683. €65.00 (pb).

Reviewed by Vincent Jolivet, CNRS, UMR 8546, Paris (vincent_jolivet@libero.it)

Version at BMCR home site

[Authors and titles are listed at the end of the review.]

Le soir du 17 décembre 1804, un ballon aérostatique fastueusement décoré et illuminé, lâché la veille devant Notre-Dame de Paris dans le cadre des cérémonies du couronnement de Napoléon Ier, après avoir parcouru quelque 1200 km en une vingtaine d'heures, s'abîmait dans les eaux du lac de Bracciano après avoir brièvement effleuré, aux portes de Rome, le monument funéraire connu sous le nom de « tomba di Nerone », sur lequel chut la couronne impériale qui le surmontait. Tel était encore le capital fantasmatique rattaché au plus exécré des empereurs romains que l'on interpréta alors spontanément cet incroyable périple et sa piteuse conclusion, qui tient de la devotio, comme un présage funeste pour le règne qui s'ouvrait alors (p. 338), ainsi directement associé, par delà les siècles, à un souverain sadique et sanguinaire —prévision dont les événements qui allaient suivre, jusqu'en 1815, devaient toutefois démontrer la surprenante justesse.

Tel il demeure : de même que des générations, depuis la Renaissance, se sont obstinées à désigner comme étant le tombeau de Néron un monument funéraire dont le légitime occupant—Publius Vibius Marianus—avait pourtant pris la précaution de faire graver son nom sur le front de celui-ci en lettres capitales,1 de même, la suggestion exercée par une légende pour le moins suspecte (le spectre de l'empereur y hantait les abords d'un vieux noyer), et de surcroît tardive—elle n'est probablement pas antérieure au XVe siècle (p. 109) –, conduit deux des principaux auteurs de ce livre (F. Vistoli, p. 58, et A. Locchi, p. 103 sq.) à reprendre l'hypothèse usée d'une localisation de la véritable tombe de Néron sous l'église de Sainte-Marie du Peuple.2 Si l'on ignore où se trouvait exactement le mausolée des Domitii, dans lequel fut déposée l'urne cinéraire de l'empereur, nous savons par Suétone (Nero, 50) qu'il était bien visible depuis le Champ de Mars, au sommet du collis hortulorum 3 — la partie occidentale du Pincio –, et qu'il avait donc été à peu près certainement construit le long de la via Salaria Vetus (via di Porta Pinciana/via Francesco Crispi), aux environs de la villa Malta (s'il se trouvait au nord de celle-ci) ou du casino de l'Aurore de la villa Ludovisi (s'il se trouvait au sud), emplacement où le situe du reste Leonardo Bufalini sur son plan de Rome de 1555 —c'était déjà la thèse de Colini.4 Compte tenu du caractère tardif de l'association de la mémoire de Néron avec l'église de la place du Peuple, et du fait que cette légende pointe un emplacement totalement incompatible avec le texte de Suétone, l'accumulation d'indications tout à fait explicites focalisées sur ce site ou sur ses abords par les cartographes de Rome, à partir du milieu du XVIe siècle, n'a nullement valeur de preuve — sinon de ce que ceux-ci se recopiaient entre eux, et qu'ils étaient attentifs aux orientations dictées par la propagande ecclésiastique romaine ; les recherches archéologiques menées sous l'église n'ont du reste apporté aucun élément probant en faveur de cette thèse.

Mais là n'est évidemment pas l'essentiel du propos du volume, placé sous la direction de l'archéologue et topographe Fabrizio Vistoli,5 qui regroupe 21 communications présentées à la faveur d'une rencontre de décembre 2010, et qui apparaît d'emblée comme une opération tout à fait opportune6 de remise en contexte de ce monument remarquablement conservé in situ, traité en quelques pages par Antonio Maria Colini en 1975-1976, d'un strict point de vue topographique, et qui avait fait l'objet une dizaine d'années plus tard d'une publication brève mais très complète d'Eugenia Equini Schneider.7

L'existence de cette monographie rendait inutile une nouvelle description détaillée du monument (même si quelques plans et coupes auraient été les bienvenus ; on les trouvera ibid., note 7, p. 42 et 44 pour le monument, p. 73 et 75 pour son rapport avec la route antique), et la deuxième partie du volume (p. 250-289) est donc à envisager comme une actualisation de ce dossier, avec quatre contributions : on y trouvera un approfondissement des données épigraphiques et prosopographiques relatives aux deux occupants de la tombe, Publius Vibius Marianus, chevalier romain originaire de la cité piémontaise de Iulia Dertona (actuelle Tortona), qui vécut à la fin du IIe siècle ap. J.-C. et dans la première moitié du siècle suivant, et sa femme Reginia Maxima (Evangelisti) ; une étude des graffitis de la fin du XVIe siècle portés sur le monument (Capannolo et De Luca) ; le compte rendu des travaux de restauration dont il a fait l'objet en dernier lieu, en 2010, à la suite d'actes de vandalisme (Giagnacovo, Loi et Santacini) ; les principes d'aménagement de l'espace et de valorisation appliqués au monument après sa restauration (Coccia et Scaglione).

La première partie (p. 35-247) se fixe pour but d'insérer le monument dans un contexte archéologique (pour l'essentiel, villae et tombeaux romains) assez mal documenté jusqu'alors, le long de l'épine dorsale formée par la via Cassia. Elle est de loin la plus nourrie, avec 11 contributions — dont on pourrait extraire la dernière (Capannolo), hors-sujet sur le plan strictement topographique (elle porte sur un nouveau lieu de culte chrétien de Grottarossa), mais qui aurait bien trouvé sa place dans la troisième partie ; en revanche, la plaque de terre cuite renvoyée en troisième partie (Vistoli et Locchi), trouvée près de la tombe, aurait eu de bonnes raisons d'y figurer. Même si le texte n'est pas exempt de redondances, parfois fastidieuses, le travail a été dans l'ensemble bien réparti, sans incohérences manifestes de texte à texte : légendes relatives à la tombe (Locchi), topographie générale de tout ce secteur (Vistoli, Niccolò), recherches spécifiques dans les archives (Gauvain, Locchi et Vistoli), monuments sculptés (Spinola, Zander, Lochi et Vistoli), inscriptions (Lega).

La troisième partie (p. 293-353), qui comporte six contributions — cinq, si l'on replace plus judicieusement le texte de Vistoli et Locchi dans la première partie —, consiste en approfondissements thématiques étroitement liés au territoire, qui concernent tous l'histoire moderne ou contemporaine : outre l'architecture civile et religieuse (Nicolò et Vistoli, Annesi et Nicolò), il traite de deux épisodes singuliers liés au monument : celui de la mongolfière impériale, évoqué plus haut (Bonuglia), et celui de la fin tragique d'Anna Kotten, en août 1844, assassinée et détroussée alors que, partie de Bavière, elle parvenait enfin tout près du terme du pélerinage qui aurait dû la mener au pied des autels romains.

L'ensemble, on le voit, pourra satisfaire les curiosités les plus diverses, dans toutes sortes de domaines, sur lesquels il livre un foisonnement de données traitées avec une grande clarté d'exposition. L'ouvrage, bien mis en page, est très richement illustré, avec de belles photos ou dessins d'archives en noir et blanc et de nombreuses reproductions en couleurs. On trouvera en fin de volume la source des illustrations qui, directement indiquée dans les légendes, aurait pu faciliter le travail de ses utilisateurs — tout comme l'aurait facilité la présence d'index.

Disparu en 2010, Gaetano Messineo, dont deux communications évoquent ici le parcours humain et scientifique (Vistoli et Ranieri), comptait parmi les figures les plus attachantes de l'archéologie italienne de ces dernières décennies, qu'il a servie sans compter, avec une grande générosité et le souci permanent de ne pas couper la pratique archéologique du « grand public », celui-là même des borgate de Rome, victime éternelle du cocktail fatal d'incompétence, de corruption et d'indifférence de ses aménageurs successifs, et dont la dégradation matérielle et morale se poursuit aujourd'hui à un rythme accéléré.8 Pour n'être pas de marbre, le tombeau que ses proches et ses collègues ont élevé avec ce volume à l'archéologue sicilien est donc un beau tribut d'amitié et d'estime, qui entrelace les multiples sujets d'intérêt de son destinataire—topographie, archéologie, histoire, histoire de l'art—, en combinant intelligemment l'expression de marques d'affection authentiques avec la réalisation d'un instrument utile, à différents niveaux, aussi bien pour les spécialistes de topographie romaine que pour un très large public.

Sommaire

S. Bondi, N. Zingaretti et G. Giacomini, Presentazioni (p. 9-11)
M. Perina, G. Calendino, Premesse (p. 12-13)
L. Quilici, Introduzione (p. 15)

Gaetaneo Messineo dicatum
F. Vistoli, Gaetano Messineo. In memoriam (p. 18-23)
F. Ranieri, Gaetano Messineo : appassionato custode del patrimonio storico-archeologico d'Abruzzo (p. 24-31)

Parte I. Il comprensorio
F. Vistoli, « Tomba di Nerone » : un'esperienza di studio e ricerca sul Suburbio romano (p. 34-101
A. Locchi, La vicenda della sepoltura di Nerone : coordinate storiche e risvolti leggendari (p. 102-121)
R. Niccolò, Lungo la via Cassia. Paesaggio storico e vestigia architettoniche nella tenuta della « Sepoltura di Nerone » (p. 122-147)
A. Gauvain, Memoria di ricerche antiquarie nella tenuta della « Sepoltura di Nerone » (1780-1796) tratte dall'archivio del Capitolo Vaticano (p. 148-153)
A. Locchi et F. Vistoli, Gli scavi del Capitolo di San Pietro nella tenuta « Sepoltura di Nerone » : dati antiquari dagli archivi e dai musei di Roma (p. 154-191)
G. Spinola, Sculture antiche dell'area della cosidetta « Tomba di Nerone » nei Musei Vaticani (p. 192-199)
C. Lega, Tituli sepulchrales di Tamilia Novatilla e della gens Laecania (p. 200-211)
P. Zander, L'inedito sarcofago di Taminia Novatilla e gli scavi della Fabbrica di San Pietro alla cava della « Sepoltura di Nerone » (p. 212-223)
C. Lega, Iscrizioni sepolcrali di Sextus Appius Severus e di sua figlia Appia Severa, sposa del console Lucius Ceionus Commodus (p. 224-231)
A. Lochi et F. Vistoli, Un « cippo con bassorilievo di Diana » dall'area della cosiddetta Sepoltura di Nerone (p. 232-241)
L. Capannolo, Grottarossa : ipotesi su di un nuovo luogo di culto cristiano (p. 242-250)

Parte II. Il monumento
S. Evangelisti, Il sepolcro di Publio Vibio Mariano : analisi dei dati epigrafici e prosopografici (p. 250-255)
L. Capannolo et I. De Luca, Su alcune iscrizioni e graffiti della «Tomba di Nerone » (p. 256-261)
G. Giagnacovo, L. Loi et M. Santancini, Il restauro conservativo della tomba di Publio Vibio Mariano (p. 262-273)
F. Coccia et P. Scaglione, Sistematizzazione e valorizzazione dell'area circostante il sarcofago di Publio Vario Mariano. Relazione tecnico-illustrativa (p. 274-289)

Parte III. Approfondimenti tematici
A. Lochi et F. Vistoli, «Antegressae causae Principatus ». Un brano di storia romana su un singolare rilievo tardo- repubblicano dalla via Cassia (p. 292-297)
R. Nicolò et F. Vistoli, Casal Saraceno e la chiesetta di Sant'Andrea Apostolo : una messa a punto (p. 298-309)
R. Nicolò et F. Vistoli, Villa Paladini-Casartelli a « Tomba di Nerone » (p. 310-317)
F. Vistoli, L'omicidio della pellegrina Anna Kotten presso « Tomba di Nerone » nei suoi risvolti letterari, storico-religiosi e topografici (p. 318-333)
R. Bonuglia, André-Jacques Garnerin e il globo aerostatico caduto a «Tomba di Nerone » nel 1804 (p. 334-341)
L. Annesi et R. Nicolò, Architetture del XX secolo a Roma Nord : una panoramica (p. 342-353)
Referenze iconografiche (p. 354-363)


Notes:


1.   L'automobiliste empruntant la via Cassia ne voit aujourd'hui que la partie postérieure, lisse, du monument : la route moderne passe en effet à l'est, alors que l'antique le jouxtait à l'ouest (cf. la fig. 33, à la p. 67). Nettement surélevé par rapport à elle, le tombeau gagnait en visibilité, également de très loin, du fait de la nette rupture de pente du terrain du côté opposé, qui interdisait l'érection de tout monument de quelque importance face à celui de Vibius.
2.   Hypothèse encore reprise par E. M. Moormann dans son compte rendu du volume, BaBesch 88, 2013, p. 276 ; autre compte rendu très détaillé, de M. Buonocore, dans Epigraphica 75, 2013, p. 515-521.
3.   Et non hortorum, qui est une approximation moderne : les monuments funéraires qui longeaient la voie étaient entourés de ces hortuli funéraires qui caractérisaient alors la physionomie de la colline. Les raisons pour lesquelles il s'agirait d'une « improbabile collocazione » (p. 104) m'échappent.
4.   Sur cette question, et sur la duplication du monument sur le plan de Bufalini (sepulchrum familiae domiciorum au sommet du Pincio, sepulcrum Neronissous Sainte-Marie-du-Peuple), voir H. Broise et V. Jolivet, L'archéologue et le topographe sur la colline du Pincio. À propos du grand plan de Rome du Jubilé 2000, JRA 14, 2001, p. 206.
5.   Seul ou non, il apparaît comme l'auteur du tiers des communications présentées dans le volume.
6.   Et dont l'ancrage institutionnel transparaît au travers des fonctions éminentes de ses six préfaciers (p. 9-15).
7.   La « Tomba di Nerone sulla via Cassia. Studio sul sarcofago di Publio Vibio Mariano, Rome, 1984 (Archaeologica, 55). Sur l'accueil réservé à ce volume, on se reportera aux trois comptes rendus qui y ont été consacrés : J. C. Anderson Jr., AJA 90, 1986, p. 495-496 ; R. B. Halbertsma, Babesch  62, 1987, p. 181-182 ; G. Koch, Bonner Jahbücher 187, 1987, p. 762-764.
8.   À cet égard, force est de constater, à trois ans du remarquable travail de restauration et de valorisation présenté dans ces pages, que le site ne présente plus aujourd'hui l'aspect pour ainsi dire helvétique que pourraient évoquer certaines des photos publiées ici (p. 67 et 142).

No comments:

Post a Comment